Le secteur de l’huile d’olive en Tunisie connaît actuellement une période de prospérité sans précédent, selon les déclarations du président directeur général de l’Office national de l’huile, Hamed Dali.

Au cours des huit premiers mois de la saison précédente, les exportations d’huile d’olive ont atteint un impressionnant montant de 2,7 milliards de dinars. Cela représente 50 % des exportations totales de produits alimentaires du pays et contribue à hauteur de 5 % à l’ensemble des exportations tunisiennes.

Cette remarquable croissance découle en grande partie de l’augmentation significative des prix de l’huile d’olive, qui ont connu une hausse de 50 % par rapport aux années précédentes. Cependant, cette tendance a eu un impact direct sur le marché local, où le prix du litre d’huile d’olive en vrac, non conditionné en bouteilles, atteint désormais jusqu’à 25 dinars. Cette situation peut susciter des préoccupations parmi les consommateurs tunisiens.

Le président Dali prévoit que la valeur des exportations d’huile d’olive atteindra 3 milliards de dinars d’ici la fin de la saison. De plus, il est intéressant de noter que le secrétaire général de la Fédération nationale des producteurs d’olive, Mohamed Nasraoui, estime que la récolte d’olives devrait se situer entre 180 000 et 200 000 tonnes, dont 80 % seront destinées à l’exportation.

Il est évident que la prospérité du secteur de l’huile d’olive en Tunisie a des implications à la fois positives et négatives. Cela illustre bien l’adage populaire selon lequel « Le malheur des uns fait le bonheur des autres ». Le secteur de l’huile d’olive continue de jouer un rôle central dans l’économie nationale, tout en présentant des défis pour les consommateurs locaux en raison de l’augmentation des prix.