jeudi, janvier 27, 2022
fiat
Accueil Blog

Vaccination Siliana : L’armée entre en action

C’est aujourd’hui, lundi 12 juillet 2021, que débute la campagne de vaccination sous la supervision de l’Armée Nationale dans les centres et autres unités mobiles dans toutes les délégations de la région de Siliana, à l’instar de ce qui a été fait dans le gouvernorat de Tataouine.

Notons que le nombre de personnes vaccinées dans le cadre de la campagne à Tataouine a atteint 5 500 personnes en une semaine.

Hackathon « Smart Customs » les 25 et 26 janvier 2021

Afin de consacrer le principe d’ouverture de la Direction Générale des Douanes sur son environnement et en vue d’accompagner les efforts nationaux en matière de formation et de développement numérique, la première édition du Hackathon « Smart Customs » sera organisée les 25 et 26 janvier 2022 à Tunis. Cet évènement challenge devrait déboucher sur des solutions numériques innovantes et novatrices en adoptant les technologies de l’intelligence artificielle, de l’Internet des objets et de l’analyse des données,  dont l’objectif serait d’innover les méthodes de travail de dédouanement et du contrôle de la douane et de moderniser les services rendus à ses usagers.

Le Hackathon regroupe 60 participants, répartis en 13 équipes composées de start-ups, d’ étudiants et de professionnels sélectionnés parmi 175 inscrits à la compétition qui porte sur trois thèmes centraux :

– E-dédouanement et facilitation numérique (Simplification et accélération des procédures douanières) ;

– Le smart contrôle douanier

– Le smart management douanier.

À titre de rappel, L’inscription au Hackathon a démarré depuis le 9 décembre 2021 via le site web de la douane,  et ce dans le cadre du 1er forum scientifique sur la douane intelligente. Deux infos-sessions ont été organisées  par la suite, les 14 et 21 décembre 2021, au sein de l’incubateur de la douane, une structure de création et de développement créée au sein du nouveau siège de la Direction Générale. Au cours de ces deux rencontres, des actions de communication ont été menées suivies par des ateliers de formation à distance du 17 au 20 décembre 2021, animés par des experts dans le domaine des technologies modernes et des cadres compétents en matière douanière.

Les équipes participantes qui seront encadrées et accompagnées par des experts et des spécialistes du milieu universitaire, du secteur privé et de la douane, disposeront de 24 heures pour relever le défi et présenter leurs prototypes au cours de la cérémonie de clôture qui se tiendra le 26 janvier 2022,  qui coïncide avec la Journée Mondiale des Douanes qui sera dédiée cette année à « l’accélération de la transformation numérique de la douane en développant une culture de la donnée et un écosystème performant ».

Un jury spécialisé sélectionnera les projets les plus prometteurs compte tenu de la faisabilité technique et opérationnelle de leur mise en œuvre en rapport avec les besoins exprimés et en appréciera l’innovation technologique.

Les lauréats  recevront des prix lors de la cérémonie finale.

Grève des médecins, dentistes et pharmaciens

Le Syndicat général des médecins, pharmaciens et dentistes de la santé publique, relevant de l’Union générale tunisienne du travail, organise ce mardi 25 janvier, une grève en vertu de laquelle toutes les activités médicales, y compris les centres de vaccination, seront suspendues, à l’exception des cas urgents et des opérations de dialyse, a indiqué le secrétaire général adjoint du syndicat, Imad Khlifi

Khlifi a expliqué dans une déclaration à l’agence TAP que la décision de cette grève est intervenue « en raison du blocage au niveau des négociations avec le ministère de la Santé », notant que le syndicat avait reporté la grève à trois reprises au cours de la période écoulée, sans que l’autorité de tutelle ne répond aux revendications professionnelles du syndicat.

La principale revendication est de trouver une solution à la situation des médecins généralistes après la publication du décret gouvernemental n ° 341 du 10 avril 2019 relatif à la fixation du cadre général du système d’études et des conditions d’obtention des diplômes d’études en médecine, ainsi que la régularisation de la situation des professionnels contractuels et intérimaires et l’amélioration des conditions de travail dans les hôpitaux publics.

Khlifi a déclaré que les négociation qui ont duré plus de deux ans avec l’autorité de tutelle n’ont abouti à aucun résultat concernant la régularisation de la situation des médecins généralistes après la publication du décret gouvernemental n° 341, comprenant le remplacement des médecins généralistes par les médecins de famille sans prévoir de dispositions transitoires qui s’adressent à la situation des médecins généralistes actuels.(Tap)

Inetum renforce sa présence et son expertise en Afrique sur l’offre Microsoft avec l’acquisition de la filiale HLi Consulting en Tunisie et au Maroc.

Dans le cadre de son plan stratégique UPSCALE23, Inetum, leader des services et solutions digitales, annonce l’acquisition de HLi Consulting en Tunisie et au Maroc, leader dans l’intégration de la solution CRM Dynamics en Afrique. Une opération significative sur le marché des solutions Microsoft. Présent dans 26 pays, le groupe Inetum intègre les meilleurs acteurs de l’écosystème digital pour consolider sa capacité d’intervention dans le conseil et l’intégration des solutions de gestion de la relation client, notamment CRM Dynamics, et permet à ses clients de tirer le meilleur du flow digital.

Inetum intègre les meilleurs acteurs de l’écosystème digital local afin de répondre aux besoins de ses clients, et proposer au marché des conseils en stratégie et management des systèmes d’information de qualité. L’acquisition de HLi Consulting va contribuer à la croissance quasi exponentielle des services Microsoft constituant un des piliers du plan stratégique UPSCALE23 d’Inetum.

HLi Consulting, leader dans l’intégration de la solution CRM Dynamics en Afrique

HLi Consulting a su développer depuis plus de 18 ans une expertise technologique forte et étendue dans le conseil etl’intégration de solutions de gestion de la relation client, notamment la solution CRM Dynamics, en accompagnant ses clients issus de nombreux secteurs d’activité tels que les banques, les assurances, l’automobile, la pharmaceutique et l’éducation. Aujourd’hui, HLi Consulting en Tunisie et au Maroc est un acteur incontournable dans la mise en place des solutions digitales centrées sur la relation client en Afrique.

HLi Consulting a acquis une expertise métier et une forte connaissance des enjeux et des défis de la relation client. Cette approche garantit une stratégie à 360° pour un pilotage éclairé. Grâce à une mise en place progressive et séquencée, HLi Consulting permet d’améliorer l’expérience utilisateur tout en s’adaptant à des environnements hétérogènes.

Une nouvelle étape pour Inetum dans le cadre de son plan stratégique UPSCALE23

Inetum déploiera cette proposition de valeur complète et unique répondant à sa stratégie UPSCALE23 dans l’ensemble des pays où l’ESN est présente en Afrique. Avec l’acquisition de l’intégrateur leader en Afrique de la solution Dynamics 365, Inetum renforce ses capacités sur l’offre CRM de Microsoft pour accompagner les entreprises dans leurs performances commerciales, pour digitaliser leurs parcours client et fournir un meilleur service performant grâce à des outils de reporting avancés.

Inetum : une présence établie en Afrique

Inetum est implanté sur le continent africain depuis de nombreuses années dans six pays : Côté d’Ivoire, Angola, Sénégal, Cameroun, Maroc et Tunisie. Le capital humain de plus de 1 000 consultants permet à l’ESN de répondre aux besoins d’un large panel d’organisations dans tous les secteurs d’activités : Télécoms, Secteur Public, Industrie, Services financiers, Énergie, Retail, Transports. 

En Afrique, le Groupe mène une stratégie inclusive et durable au cœur de son développement international, dans une logique de proximité. Continent en pleine croissance, le digital représente une chance pour son économie. L’organisation du concours Africa Digital Management Award (ADMA), ou encore l’ouverture du FabLab Inetum à Casablanca, sont des preuves de cet engagement.

Hugues Ruffat, EEMEA General Manager d’Inetum, déclare : « L’acquisition de HLi Consulting en Tunisie et au Maroc vient renforcer le collectif d’experts d’Inetum en Afrique et la présence du groupe Inetum sur le continent africain au plus près de ses clients et de leurs enjeux. »

A propos d’Inetum, Positive digital flow :

Inetum est une ESN agile, une société de services et de solutions digitales, et un groupe international qui aide les entreprises et institutions à tirer le meilleur du digital flow. Dans un contexte de mouvement permanent, où les besoins et les usages se réinventent sans cesse, le groupe Inetum s’engage auprès de tous les acteurs pour innover, s’adapter continuellement et garder une longueur d’avance. Avec son profil de multi-spécialiste, Inetum met au service de ses clients une combinaison unique de proximité, d’organisation sectorielle et de solutions de qualité industrielle. Présent dans plus de 26 pays, le Groupe compte près de 27 000 collaborateurs et a réalisé en 2020 un chiffre d’affaires de 1,966 milliard d’euros.

A propos de HLi Consulting Tunisie :

Fondé en 2004, HLi Consulting en Tunisie et au Maroc est leader dans l’intégration de la solution CRM Dynamics en Afrique. Partenaire chez de nombreux grands comptes, HLi Consulting est un acteur global du conseil et de l’intégration de technologies innovantes en Tunisie, en Afrique subsaharienne et au Moyen-Orient, et a su développer depuis plus de 18 ans une expertise technologique et métier dans le conseil et l’intégration des solutions de la gestion de la relation client notamment la solution CRM Dynamics. Sa solution CRM de Microsoft (Dynamics 365) permet aux entreprises de renforcer leurs performances commerciales, de digitaliser leurs parcours client, de fournir un meilleur service performant et de développer leur notoriété locale et internationale avec des campagnes Marketing pertinentes.

Tunisie / CAN 2021 : 4 joueurs font leur retour dans l’effectif pour affonter le Burkina Faso

La bonne nouvelle vient d’être communiquée, quatre joueurs de la sélection nationale, à savoir Aymen Dahmène, Ali Maâloul, Ghaylène Chaâlali et Yoann Touzghar ont été testés négatifs au coronavirus lors des derniers tests de dépistages effectués par les Aigles de Carthage.

Ces quatre joueurs rejoindront, donc leurs coéquipiers à Garoua, en prévision du match face au Burkina Faso en quart de finale de la CAN 2022.

Coup d’Etat au Burkina Faso : Le président Marc Roch Christian Kaboré, détenu par les mutins !

Le pouvoir est en train de changer de mains à Ouagadougou. Des militaires en uniforme ont annoncé hier, lundi 24 janvier 2022 à la télévision nationale avoir pris le contrôle du Burkina Faso et chassé le président Marc Roch Christian Kaboré.

Le Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR) « qui regroupe toutes les composantes des forces de défense et de sécurité a ainsi décidé de mettre fin au pouvoir de M. Marc Roch Christian Kaboré ce 24 janvier 2022 », a annoncé le capitaine Kader Ouedraogo, entouré d’une quinzaine de militaires à la télévision.

Conséquence de ce coup de force initié dimanche par des mutineries dans des casernes du pays, les frontières terrestres et aériennes sont fermées depuis minuit, le gouvernement et l’Assemblée nationale dissous et la constitution « suspendue ».

Covid-19 : « Nous pouvons mettre fin à la phase aiguë de la pandémie cette année », affirme le chef de l’OMS

Tedros Adhanom Ghebreyesus, Director General of the World Health Organization (WHO), addresses the media during a press conference at the World Health Organization (WHO) headquarters in Geneva, Switzerland, Monday, Feb. 10, 2020 on the situation regarding to the new coronavirus. (Salvatore Di Nolfi/Keystone via AP)/LLT806/20041566637363//2002101650

Plus de 80 millions de cas de Covid-19 ont été recensés en neuf semaines, depuis l’arrivée du variant Omicron, a dit lundi l’Organisation mondiale de la santé (OMS), relevant que le potentiel d’un nouveau variant « plus contagieux et plus mortel  est très réel ».

« Il existe différents scénarios sur la manière dont la pandémie pourrait se dérouler et dont la phase aiguë pourrait se terminer, mais il est dangereux de supposer qu’Omicron sera le dernier variant ou de parler de fin de partie », a déclaré le Directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, au début d’une réunion de quelques jours du conseil exécutif de l’organisation à Genève.

Il a averti que les conditions sont « idéales » actuellement dans le monde pour que d’autres variants émergent. Le potentiel d’un variant « plus transmissible et plus mortel est très réel », a insisté M. Tedros.

Dans le même temps, il est possible de mettre fin à la phase aiguë de la pandémie cette année, a affirmé ce lundi 24 janvier le chef de l’OMS, même si le coronavirus provoque un décès toutes les 12 secondes dans le monde.

« Nous pouvons mettre fin à la phase aiguë de la pandémie cette année – nous pouvons mettre fin à la Covid-19 en tant qu’urgence sanitaire mondiale », le niveau d’alerte le plus élevé de l’OMS, a fait valoir le Dr Tedros.

Un décès toutes les 12 secondes

Pour mettre fin à la phase aiguë de la pandémie, les pays ne doivent pas rester les bras croisés, et doivent entre autres lutter contre l’iniquité vaccinale, surveiller le virus et ses variants et prendre des mesures de restrictions adaptées, a-t-il expliqué. Pour changer le cours de la pandémie, il s’agit donc de « modifier les conditions qui l’alimentent », a dit le chef de l’Agence sanitaire mondiale de l’ONU, reconnaissant par ailleurs que « tout le monde en a assez de cette pandémie de Covid-19 ».

« Les gens en ont assez des restrictions imposées à leurs déplacements, à leurs voyages et à leurs autres libertés, les économies et les entreprises sont en difficulté et de nombreux gouvernements marchent sur la corde raide, tentant de trouver un équilibre entre ce qui est efficace et ce qui est acceptable pour leur population », a-t-il détaillé.

Près de 350 millions de cas ont été comptabilisés dans le monde dont plus de 5,5 millions de décès. En moyenne, la semaine dernière, la Covid-19 a fait un décès toutes les 12 secondes, et 100 cas ont été signalés toutes les trois secondes, a indiqué le Dr Tedros.

Le monde vivra avec la Covid-19 « dans un avenir prévisible »

L’apparition du variant Omicron en novembre a fait bondir les cas dans le monde, avec plus de 80 millions de cas signalés depuis. « Jusqu’à présent, l’explosion des cas n’a pas été suivie d’une flambée des décès, même si ceux-ci augmentent dans toutes les régions, en particulier en Afrique, la région qui a le moins accès aux vaccins », a affirmé le chef de l’OMS.

« Il est vrai que nous vivrons avec la Covid dans un avenir prévisible (…) mais apprendre à vivre avec le coronavirus ne doit pas signifier que nous devons lui laisser la voie libre. Cela ne doit pas signifier que nous devions accepter que près de 50.000 personnes décèdent chaque semaine d’une maladie que l’on peut prévenir et traiter », a prévenu le Dr Tedros.

Dans ces conditions, le chef de l’OMS estime que le monde vivra avec la Covid-19 « dans un avenir prévisible, et devrons apprendre à le gérer par le biais d’un système soutenu et intégré pour les maladies respiratoires aiguës, qui fournira une plate-forme pour la préparation aux futures pandémies ». Mais pour autant, « apprendre à vivre avec la Covid ne signifie pas que nous allons laisser la voie libre à ce virus ».

Atteindre l’objectif de vacciner 70% de la population de chaque pays

Cela ne signifie pas accepter que près de 50.000 personnes meurent chaque semaine d’une maladie évitable et traitable. Selon l’OMS, il ne s’agit pas d’accepter « une charge inacceptable pour les systèmes de santé, alors que chaque jour, des travailleurs de la santé épuisés se rendent une fois de plus en première ligne. « Cela ne peut pas signifier que nous parions sur un virus dont nous ne pouvons ni contrôler, ni prévoir l’évolution », a-t-il fait valoir.

Malgré cette mise en garde, le Dr Tedros a encore affirmé qu’il est possible de mettre un terme à l’urgence internationale de santé publique cette année, à condition d’avoir une attitude adaptée. « Si les pays utilisent l’ensemble de ces stratégies et outils de manière globale, nous pouvons mettre fin à la phase aiguë de la pandémie cette année – nous pouvons mettre fin à la Covid-19 en tant qu’urgence sanitaire mondiale, et nous pouvons le faire cette année », a-t-il dit.

Pour y arriver et même si « les vaccins seuls ne sont pas le billet en or pour sortir de la pandémie », il faut atteindre l’objectif de vacciner 70% de la population de chaque pays, en mettant l’accent sur les groupes les plus à risque. En attendant, plus de 85 Etats n’ont toujours pas atteint l’objectif, établi pour la fin de l’année dernière, de vacciner au moins 40% de leur population. Cette part est inférieure à 10% dans plus d’une trentaine d’entre eux.

Cinq priorités pour le monde et pour l’avenir de l’OMS

Depuis plusieurs mois, le chef de l’OMS ne cesse de demander inlassablement aux Etats membres d’accélérer la distribution de vaccins dans les pays en développement, avec pour objectif de parvenir à vacciner 70% de la population de chaque pays mi-2022. Or, en Afrique, 85% de la population n’a pas encore reçu une seule dose de vaccin, a-t-il pointé. La moitié des 194 Etats membres de l’OMS ont déjà raté l’objectif de 40% de couverture vaccinale pour fin 2021, selon l’OMS.

Plus largement, si mettre fin à la phase aiguë de la pandémie doit rester une « priorité collective », le chef de l’OMS a décliné les contours d’une nouvelle vision. Parmi ces cinq priorités essentielles pour le monde, l’OMS entend aider les pays à opérer un changement de paradigme urgent pour promouvoir la santé et le bien-être et prévenir les maladies en s’attaquant à leurs causes profondes. La deuxième priorité consiste à soutenir une réorientation radicale des systèmes de santé vers les soins de santé primaires, qui constituent le fondement de la couverture sanitaire universelle.

La troisième priorité consiste à renforcer d’urgence les systèmes et les outils de préparation et d’intervention en cas d’épidémie et de pandémie à tous les niveaux.  La quatrième priorité consiste à exploiter le pouvoir de la science, de la recherche, de l’innovation, des données et des technologies numériques en tant que catalyseurs essentiels des autres priorités. La cinquième priorité consiste à renforcer d’urgence l’OMS en tant qu’autorité dirigeante et directrice de la santé mondiale, au centre de l’architecture sanitaire mondiale.

 

Tunisie : retrouver une trajectoire de croissance durable par la mise en place de réformes structurelles

La mise en place de réformes structurelles décisives et l’amélioration du climat des affaires sont indispensables pour remettre l’économie tunisienne sur la voie d’une croissance plus durable, créer des emplois pour les jeunes qui constituent une part croissante de la population et parvenir à une meilleure gestion de la dette publique, estime le dernier Bulletin de conjoncture de la Banque mondiale pour la Tunisie.

Selon le rapport, intitulé Réformes économiques pour sortir de la crise, la reprise économique face à la crise de la COVID-19 devrait être lente, avec une progression prévue de 3 % en 2021. La hausse du chômage, dont le taux est passé de 15,1 % à 18,4 % au troisième trimestre 2021, pèse sur cette reprise et a plus fortement touché les jeunes et les habitants des régions de l’Ouest.

Le rapport explique comment la faiblesse de la reprise en Tunisie a exacerbé la pression sur des finances publiques déjà en difficulté, le déficit budgétaire restant élevé à 7,6 % en 2021, malgré une légère contraction par rapport à 9,4 % en 2020. La baisse progressive du déficit budgétaire devrait se poursuive pour atteindre entre 5  et 7 % du PIB en 2022-2023, grâce à la réduction des dépenses liées à la santé et à condition que la trajectoire modérément positive des dépenses et des recettes soit maintenue.  Le rapport note cependant que la dette publique croissante de la Tunisie sera difficile à financer sans la mise en place de réformes décisives des finances publiques et de l’économie.

« Comme partout ailleurs, la COVID-19 a eu un impact négatif sur l’économie tunisienne et a mis en exergue la nécessité de relever les défis auxquels le pays fait face depuis longtemps, notamment l’amélioration de l’environnement des affaires, pour assurer une croissance durable, a déclaré Alexandre Arrobbio, représentant résident de la Banque mondiale en Tunisie. Pour sortir de cette crise, la Tunisie doit adopter des réformes décisives visant à promouvoir le développement du secteur privé, stimuler la compétitivité et créer plus d’emplois, en particulier pour les femmes et les jeunes. »

Le premier chapitre du rapport analyse les raisons qui expliqueraient la lenteur de la reprise économique en Tunisie. Il identifie deux facteurs spécifiques : la dépendance du pays au tourisme et aux services de transport ; et la rigidité du climat des affaires, notamment les restrictions sur les investissements et la concurrence qui limitent la réallocation des ressources dans l’économie.

Le second chapitre traite des principaux obstacles à la concurrence et souligne que le cadre réglementaire en vigueur en Tunisie restreint cette dernière et décourage le développement de nouvelles entreprises. Pour l’avenir, le rapport recommande de conduire des réformes politiques visant à garantir des conditions de concurrence équitables dans tous les secteurs, afin de stimuler l’emploi des Tunisiens et d’augmenter leur pouvoir d’achat.

L’ancien ambassadeurs des USA en Tunisie qualifie la démission de Nadia Akacha de « développement intéressant » !

L’ancien ambassadeur des Etats-Unis à Tunis Gordon Gray, a commenté dans des posts publiés sur son compte twitter, la démission de la Cheffe du cabinet présidentiel Nadia Akacha.

Qualifiant cette démission de « développement intéressant dans le pays ».

Rapportant un article publié par la TAP, Gray a indiqué que Akacha était contre la décision prise par le ministère de l’Intérieur relative à la mise en retraite forcée de 6 hauts responsable dont un ancien chef des renseignements.

Sadok LARIBI: « ARVEA continuera à se développer en 2022 »

. Sadok LARIBI, Fondateur du Groupe ARVEA : Entre les performances 2021 et le plan d’action 2022.

Comme à l’accoutumé, le fondateur du Groupe ARVEA, M. Sadok LARIBI, a donné une allocution à l’occasion de la nouvelle année où il a étalé les réalisations de l’année révolue et révélé un plan d’action définissant les nouveaux objectifs de la nouvelle année.

Au début de son discours, M. LARIBI a tenu à exprimer son immense joie et fierté quant aux réalisations fort notables de l’année 2021.

Il a effectué ainsi une brève évaluation des plus importantes étapes de 2021 :

– ARVEA a conservé sa position de Leader en réalisant le plus grand chiffre d’affaires dans l’histoire du MLM (Multi Level Marketing = Vente directe) en Tunisie.

Le même scénario en Algérie où ARVEA a également produit le plus important CA dans le secteur du MLM, depuis l’avènement de ce dernier sur le marché algérien.

– une multitude de produits ARVEA ont été élus « Meilleur produit de l’année 2021 », avec une distinction bien particulière à cette même édition, accordant à ARVEA le précieux titre de « Elu Meilleur service client ». 

– l’ouverture du plus grand centre logistique dans le secteur de la vente directe en Tunisie. Un espace de stockage et d’envoi de marchandises conforme aux normes internationales.

– ARVEA a renoué avec les évènements de groupe après une longue rupture causée par la pandémie du covid-19. Elle a organisé en ce sens le « ARVEA Beach event » où se sont entremêlées émotions de retrouvailles et promesses pour de nouvelles ambitions.

– 2021 était aussi l’année de l’innovation et de la création où ARVEA a créé un nouveau concept, le « ARVEA Building days » où des séances d’écoute active, basées sur l’intelligence collective, étaient mises à disposition des meilleurs distributeurs, aussi bien en Tunisie qu’en Algérie, afin de traiter mutuellement les éventuelles problématiques du métier, écouter les différents points de vue des parties prenantes et les faire participer dans la prise de décision stratégique dans la société. 

– La remise de la 2ème BMW lors d’une cérémonie de grande envergure.

– Après 2 ans d’arrêt, ARVEA est parvenue à organiser son incontournable soirée de Reconnaissance des managers et la soirée de célébration de son 8ème anniversaire où elle a invité la star de la chanson arabe, Saber Rebai, qui a énivré les convives et a fait de cette soirée un évènement mémorable.

– ARVEA a organisé le « ARVEA Starting event » en Algérie, en présence de tous les managers algériens afin de marquer un nouveau départ et donner un nouveau souffle à leur motivation.

– nous avons été honorés par le passage de certains de nos managers dans l’émission « Injah fi hyatek » avec Hamza BELLOUMI, une référence dans le monde médiatique spécialisée dans la révélation de Success story éminentes dans la société. Cela a, sans aucun doute, démontré que le MLM prend une notoriété ascendante en Tunisie et que ceux qui réussissent ce métier sont désormais considérés comme des modèles de réussite pointus. 

– ARVEA se considère précurseur du métier du MLM en Tunisie et veille à encadrer et à accompagner tous ceux qui aspirent au changement, à l’amélioration et à la reconnaissance sociale.

Puis, le fondateur a enchainé avec le plan d’action de ARVEA en 2022 où il a cité les objectifs, les évènements et les promesses de cette nouvelle année.

– le début de l’année 2022 a été marqué par l’avènement des sessions du programme ARVEA Academy qui s’est avéré à la hauteur des espérances des Conseillers tunisiens. La satisfaction mutuelle des participants d’une part et du cadre formateur d’autre part n’a fait que démontrer le potentiel de ce programme, considéré avant-gardiste à l’échelle africaine et arabe.

Les Conseillers algériens auront le même privilège que leurs homologues tunisiens vu que toutes les sessions seront reprises à partir du mois de mars en Algérie. D’ailleurs, les inscriptions ont bel et bien commencé et toutes les informations nécessaires leur seront parvenues par email ou à travers la page FB de ARVEA Algérie.

– en mars 2022, une cérémonie de Reconnaissance sera organisée dans sa première édition en Algérie.

Le premier anniversaire de ARVEA Algérie sera également fêté lors d’une cérémonie de grande envergure, à l’image des performances et des grandes ambitions de la société.   

– en été 2022, ARVEA aura le plus grand plaisir d’organiser un des plus importants événements du MLM, le « ARVEA Speak up » où la première génération certifiée du programme ARVEA Academy aura le privilège d’être « Speakeur ».

– le plan de rémunération sera encore plus fructueux et les vendeurs auront plus d’avantages suite à l’application de certaines mises à niveau au plan de rémunération. Toutes les nouveautés seront transmises au fur et à mesure à travers le logiciel.

– le volet « Challenge » connaitra également un dénouement après une stagnation engendrée par la crise sanitaire. En effet, en 2022, ARVEA s’efforcera à réaliser tous les voyages gagnés et restés en attente et continuera sur la même lancée pour les nouveaux challenges.

Le commencement sera début février par le voyage à Dubai et la clôture de l’année par le voyage en Afrique du Sud pour les gagnants du challenge respectif.

Les voyages décernés aux gagnants des challenges 2021 seront également planifiés ultérieurement, à savoir le « Méga Big voyage » à destination de Bali-Turquie et le « Dream Big voyage » à destination de la Turquie.

L’année 2022 sera également propice au lancement des nouveaux challenges. En effet, ARVEA mettra le paquet sur son « Mega Big challenge » en offrant à ses heureux élus un voyage de rêve à destination du pays des rêves : Les Etats unis d’Amérique ; où sera planifiée la visite de trois Etats : New York, Orlando et Miami.

Un merveilleux voyage viendra de même couronner les gagnants du « Dream Big challenge » et sera à destination de l’Egypte.

Il y aura notamment les challenges nationaux qui seront communiqués aux moments opportuns. 

Pour finir son allocution, M. Sadok LARIBI a remercié tous les Conseillers d’avoir cru en ce projet et avoir adopté la culture de l’excellence.

Il a ajouté que le travail paye toujours, que la réussite ne dépend que de soi et qu’il faudra se distinguer pour réussir dans le métier du MLM.

Lien vidéo du discours de Monsieur Sadok Laribi

Malgré Omicron, les pays parviennent à maintenir les écoles ouvertes

Face à la vague Omicron, les pays parviennent à maintenir les écoles ouvertes

Grâce aux leçons tirées ces deux dernières années, la majorité des pays touchés par le variant Omicron, hautement contagieux, parvient à maintenir les écoles ouvertes avec des protocoles sanitaires renforcés. Cependant, les perturbations continuelles de l’enseignement exigent des mesures audacieuses pour rattraper les pertes d’apprentissage.

Selon les nouvelles données publiées par l’UNESCO à l’occasion de la Journée internationale de l’éducation, les écoles sont actuellement ouvertes dans la plupart des pays (135). Dans un petit nombre d’entre eux (25), la scolarité a été temporairement suspendue en prolongeant les vacances de fin d’année.

Depuis l’apparition du variant Omicron, seule une douzaine de pays a décidé de fermer les écoles et est passée à un enseignement à distance complet plutôt qu’en présentiel. Le contraste est important si l’on compare avec la même période de l’année précédente, où les écoles étaient totalement fermées et l’enseignement entièrement à distance dans 40 pays.

Une douzaine de pays étudiés, dont le Brésil, la France, le Kazakhstan, le Mexique, la Palestine et l’Ukraine, utilise désormais des systèmes de surveillance dit “de feux tricolores” qui déclenche des mesures en fonction du niveau d’infection : le port du masque, le lavage des mains, la ventilation, mais aussi la distanciation à l’intérieur comme à l’extérieur, ou la fermeture de classes au cas par cas afin d’éviter d’impacter tous les élèves d’un même établissement. Des pays comme le Canada, la France, l’Italie et le Royaume-Uni ont également recours à des campagnes massives de tests rapides.

Un accompagnement socio-psychologique, un soutien aux enseignants et des ressources financières sont essentiels pour instaurer ces protocoles de façon efficace. L’UNESCO appelle d’ailleurs une nouvelle fois à intensifier les efforts pour permettre aux enseignants d’accéder à la vaccination. Dans près d’1 pays sur 3, ils ne sont toujours pas considérés comme un  public prioritaire.

Selon une étude à grande échelle menée dans 11 pays par l’UNESCO et l’Association internationale pour l’évaluation du rendement scolaire et publiée aujourd’hui (LIEN), plus de 50 % des enseignants déclarent que les élèves n’ont pas atteint les niveaux escomptés sur l’année écoulée, et l’immense majorité d’entre eux juge difficile de fournir le soutien nécessaire aux élèves vulnérables. Par ailleurs, plus de 50 % des élèves interrogés indiquent qu’ils sont stressés par les changements survenus au sein de leur école.

Depuis le début de la pandémie, l’UNESCO, grâce à sa Coalition mondiale pour l’éducation qui compte 175 membres, est intervenue dans plus de 100 pays pour assurer la continuité éducative. Avec ses partenaires, l’Organisation a mis en place des plateformes numériques, formé les enseignants à l’usage des outils d’enseignement à distance et diffusé massivement des contenus pédagogiques dématérialisés.

0FansJ'aime
0SuiveursSuivre
69,679SuiveursSuivre
19,100AbonnésS'abonner
Google search engine

Dernières News