L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a dévoilé jeudi une stratégie pour rendre les vaccins contre la Covid-19 accessibles à tous, partout dans le monde, pour un coût s’élevant à 8 milliards de dollars.

La stratégie mondiale de vaccination contre la Covid-19 vise à vacciner 40% des personnes dans tous les pays d’ici la fin de l’année et 70% d’ici le milieu de 2022.

L’OMS avait auparavant pressé les gouvernements de vacciner 10% de la population mondiale d’ici la fin septembre. Cependant, plus de 55 pays, principalement en Afrique et au Moyen-Orient, ont raté cet objectif.

Dans ses remarques lors du lancement virtuel de cette stratégie, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, qui a fortement plaidé en faveur d’un plan mondial, a exhorté les nations à s’unir et à en faire un succès.

« Sans une approche coordonnée et équitable, une réduction des cas dans un pays ne sera pas durable dans le temps. Pour le bien de tous, nous devons de toute urgence amener tous les pays à un niveau élevé de couverture vaccinale », a-t-il déclaré, s’exprimant depuis New York.

Jeudi, il y avait plus de 235,6 millions de cas confirmés de Covid-19 dans le monde et près de cinq millions de décès, selon les dernières données de l’OMS.

La nouvelle stratégie nécessite la mise à disposition de 11 milliards de vaccins, pour vaincre ce que l’OMS a qualifié de « pandémie à deux voies ».

Même si près de 6,5 milliards de doses ont été administrées dans le monde à la fin septembre et que près d’un tiers de la population mondiale est entièrement vaccinée, l’iniquité vaccinale persiste.

« Les pays à revenu élevé et intermédiaire supérieur ont utilisé 75% de tous les vaccins produits jusqu’à présent », a déclaré le chef de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, depuis le siège de l’agence à Genève.

Pendant ce temps, moins d’un demi pour cent des doses sont allées dans les pays à faible revenu. « En Afrique, moins de 5% des personnes sont complètement vaccinées », a-t-il ajouté.

Des vaccins pour tous

La production mondiale de vaccins s’élève actuellement à 1,5 milliard de doses par mois, ce qui signifie « qu’il y a suffisamment d’approvisionnement pour atteindre nos objectifs, à condition qu’ils soient distribués équitablement », a déclaré Dr. Tedros.

« Ce n’est pas un problème d’approvisionnement ; c’est un problème d’allocation », a-t-il ajouté.

La stratégie appelle à une approche en trois étapes de la vaccination, en commençant par protéger les personnes âgées, les agents de santé et les groupes à haut risque de tous âges. Tous les adultes de chaque pays viendraient ensuite, suivis des adolescents.

Alors que le financement a été obtenu pour acheter la plupart des vaccins requis pour les pays les plus pauvres, notamment par le biais de l’initiative de solidarité COVAX et de l’African Vaccine Acquisition Trust (AVAT), des investissements supplémentaires sont nécessaires.

« Nous appelons les fabricants de vaccins à prioriser et à remplir les contrats avec COVAX et AVAT de toute urgence, à être plus transparents sur ce qui se passe où, et à partager le savoir-faire et les licences non exclusives pour permettre à toutes les régions d’augmenter leur capacité de fabrication », a déclaré Dr Tedros.

Les pays qui produisent des vaccins devraient permettre le flux transfrontalier de vaccins finis et de matières premières, et faciliter le partage des connaissances, de la technologie et des licences. Les gouvernements ont également été invités à mettre à jour leurs objectifs et plans nationaux en matière de vaccins « pour orienter les investissements dans la fabrication et la distribution des vaccins ».

Dr. Tedros a déclaré que la stratégie peut être réalisée si les pays et les entreprises qui contrôlent l’approvisionnement en vaccins donnent la priorité à COVAX et à l’AVAT, à la fois pour la livraison de vaccins et les dons.

« Nous avons les outils pour maîtriser la pandémie, si nous les utilisons correctement et les partageons équitablement », a-t-il déclaré.