La Haut-commissaire de l’ONU aux droits de l’homme a déploré, ce mardi, la dissolution du Conseil supérieur de la magistrature tunisien, ordonnée par le président Kais Saïed, estimant que « c’est un grand pas, dans la mauvaise direction ».

« Il reste énormément à faire pour adapter la législation concernant la justice, les procédures et les pratiques aux normes internationales, mais cette décision est un grand pas dans la mauvaise direction », a déploré Michelle Bachelet, selon un communiqué du Haut-commissariat.

« La dissolution du Conseil supérieur de la magistrature est clairement en violation des obligations de la Tunisie, au regard du droit humanitaire international », a encore souligné l’ancienne présidente du Chili.

Elle a aussi insisté sur le fait que la sécurité de tous les membres du Conseil soit garantie, après que les forces de l’ordre ont bouclé l’accès à son siège et des menaces en ligne.