« La tenue d’une plénière de l’ARP ne sert pas les intérêts de la Tunisie », a déclaré Ibrahim Bouderbela, bâtonnier de l’Ordre des Avocats de Tunisie ce mardi matin sur les ondes de la radio Shems FM.

Il a dans ce sens appelé tous les acteurs de la scène politique tunisienne à se conformer à la feuille de route annoncée par le président de la république Kaïs Saïed.

Il a par ailleurs indiqué que par sa décision de convoquer les députés gelés pour une plénière, le président de l’ARP, Rached Ghannouchi défait le chef de l’Etat.

Bouderbela a également considéré que l’appel du bureau de l’ARP à la restauration du Conseil supérieur de la magistrature, qui a été dissolu il y a quelques semaines par le président de république n’avait aucun sens. A cet égard expliqué que deux choix s’imposent devant eux: la prévalence de l’intérêt supérieur de la nation ou la menace d’un conflit sans fin.

« Le pays a besoin d’appels visant à calmer la situation et à créer une relance économique… Toute déviation de cette ligne nous mènera vers un futur terrifiant. Nous avons appelé à la tenue d’un dialogue entre des parties objectives et impartiales afin d’encadrer le dialogue national et d’élaborer une feuille de route permettant une sortie de crise. L’UGTT, l’UTICA, l’Ordre des avocats et d’autres composantes de la société civile pourraient jouer ce rôle. Les acteurs politiques sont responsables du futur de la Tunisie », a-t-il déclaré.