kais saied congrés americain

Le président de la République Kais Saied a reçu, dimanche soir, au palais de Carthage, une délégation du Congrès américain. La rencontre s’est déroulée en présence de Natasha Franceschi, chargée d’affaires à l’ambassade des États-Unis d’Amérique en Tunisie.

A cette occasion, le chef de l’Etat a souligné que « les déclarations faites récemment par certains responsables américains sont inacceptables, car la Tunisie est un pays libre, indépendant et souverain.« La souveraineté nationale appartient au  peuple qui a exprimé sa volonté lors du référendum du 25 juillet et va s’exprimer lors des prochaines élections », a-t-il lancé. Et d’ajouter : « Celui qui regrette la dernière décennie est celui qui en a profité. Le détournement de fonds et le saccage des services public en est à cet égard, la meilleure illustration », a-t-il encore dit.

Cité dans un communiqué, le président Saied a fait observer que « la démocratie est un esprit avant d’être des institutions formelles », ajoutant que la démocratie ne peut être réalisée « qu’à la lumière d’une justice sociale et d’un système judiciaire indépendant et juste dans lequel tous sont égaux ».

Le chef de l’Etat a dit rejeter une campagne de « dénigrement » menée par des personnes  connues pour leur appartenance politique, rappelant, dans ce contexte, les principes du droit international consacrés par la Charte des Nations Unies.

Il a, à ce propos, cité « le respect de la souveraineté des Etats, l’égalité entre eux et la non-ingérence dans leurs affaires ».

Lors de cette rencontre, le Président Kais Saied a passé en revue les étapes historiques des relations tuniso-américaines qui datent de plus de deux siècles. D’autres volets liés à la coopération bilatérale ont été également abordés.

Le 29 juillet dernier, le ministère tunisien des Affaires étrangères, a convoqué la chargée d’affaires par intérim de l’ambassade des États-Unis en Tunisie, et l’a informée du « profond étonnement » de la Tunisie face aux propos proférés par le Secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken, concernant le processus politique en Tunisie.