La combinaison d'anticorps à action prolongée Evusheld

Une étude indépendante réalisée par la FDA démontre que la combinaison d’anticorps à action prolongée Evusheld possède une action neutralisante contre le variant Omicron
 
Il s’agit du seul anticorps autorisé aux Etats-Unis pour une prophylaxie au virus COVID-19

Evusheld (tixagevimab co-packagé avec cilgavimab) d’AstraZeneca est une combinaison d’anticorps à action prolongée utilisée pour la prévention contre la COVID-19. Cette combinaison possède une action neutralisante contre le variant Omicron du SRAS-CoV-2 (B.1.1.529), ainsi que le démontrent les toutes dernières données précliniques.

Selon ces mêmes données, la concentration inhibitrice 50 (IC50) d’Evusheld permet de mesurer la puissance de neutralisation de l’anticorps, laquelle est ressortie à 171 ng/ml et à 277 ng/ml dans le cadre de deux tests de confirmation, ce qui représente un niveau très optimal pour neutraliser efficacement le virus du COVID-19. Le IC50 d’Evusheld permet donc d’agir contre la souche originale du SRAS-CoV-2 (précédemment appelée souche Wuhan).

Les premières données, générées par des tests réalisés sur des pseudovirus extraits à partir du variant Omicron et soumis à une combinaison de tixagevimab et de cilgavimab, deux anticorps qui composent Evusheld, démontrent qu’Evusheld possède une action neutralisante contre toutes les variantes testées à ce jour (1).

L’étude a été réalisée de manière indépendante par des enquêteurs de la Food and Drug Administration (FDA) américaine, Center for Biologics Evaluation and Research. Ces travaux ont été soutenus par des fonds de recherche fournis par le gouvernement américain.

S’exprimant à ce sujet, Mene Pangalos, Vice-président exécutif, R&D BioPharmaceutique, AstraZeneca, a déclaré : « Cette étude démontre qu’Evusheld possède une action neutralisation contre le variant Omicron. Combinant deux anticorps puissants aux actions antivirus différentes et complémentaires, Evusheld a été conçu pour contrer les nouvelles variantes du SRAS-CoV-2. Evusheld est le premier anticorps à action prolongée à avoir reçu une autorisation d’utilisation d’urgence aux Etats-Unis pour la réalisation d’une prophylaxie au virus COVID-19, en plus d’avoir obtenu plusieurs autorisations dans d’autres pays. »

Le variant Omicron n’était pas encore connu lors des premiers essais cliniques d’Evusheld. A ce titre, AstraZeneca continue à recueillir de nouvelles données afin de mieux réussir à comprendre les différentes implications cliniques du virus. De nombreuses analyses supplémentaires destinées à évaluer l’efficacité d’Evusheld contre le variant Omicron sont en cours de réalisation par AstraZeneca, mais aussi par des laboratoires tiers. Les résultats de ces analyses sont attendues très prochainement.

Evusheld a reçu une autorisation d’utilisation d’urgence (EUA) aux États-Unis en décembre 2021 pour la réalisation d’une prophylaxie au COVID-19 auprès de personnes présentant un compromis immunitaire modéré à sévère en raison de conditions médicales particulière ou de traitements basés sur des médicaments immunosuppresseurs; ces personnes sont susceptibles de ne pas présenter de réponse immunitaire adéquate après leur vaccination contre le COVID-19,.

Environ 2 % de la population mondiale est considérée comme présentant un risque accru de réponse inadéquate à un vaccin contre le COVID-19 (3)(4). La protection des populations les plus vulnérables contre le COVID-19 pourrait contribuer à prévenir l’évolution virale qui est le facteur le plus important contribuant à l’émergence de nouvelles variantes (5).

En outre, l’essai de traitement ambulatoire de phase III TACKLE d’Evusheld a permis de démontrer que le risque de développer une infection à la COVID-19 qui soit sévère ou qui soit de nature à entraîner un décès (toutes causes confondues) est de 50 % (en comparaison avec un placebo utilisé).

 

Notes

Evusheld

Evusheld, anciennement connu sous le nom d’AZD7442, est une combinaison du LAAB – tixagevimab (AZD8895) et cilgavimab (AZD1061): il s’agit de dérivés de cellules B données par des patients convalescents après leur contamination au virus SRAS-CoV-2. Découverts par le Vanderbilt University Medical Center et cédés sous licence à AstraZeneca en juin 2020, ces anticorps monoclonaux humains se lient à des sites bien distincts sur la protéine du SRAS-CoV-281: ils ont été optimisés par AstraZeneca à travers une extension de la demi-vie et une réduction de la liaison au récepteur Fc et au complément C1q. L’allongement de la demi-vie fait plus que tripler la durabilité de leur action par rapport aux anticorps conventionnels et pourrait permettre une protection contre COVID-19 plus durable (jusqu’à 12 mois après une seule administration). Les données obtenues lors des essais réalisés dans le cadre de la phase III PROVENT font état d’une protection d’au moins six mois. La liaison réduite aux récepteurs Fc vise à minimiser le risque de renforcement de la maladie par les anticorps, un phénomène durant lequel les anticorps spécifiques du virus favorisent, plutôt qu’ils n’inhibent, l’infection et/ou la maladie.

En décembre 2021, la Food and Drug Administration américaine a délivré une autorisation d’utilisation d’urgence (EUA) pour l’utilisation d’Evusheld (tixagevimab co-packagé avec cilgavimab) dans le cadre d’une prophylaxie au virus COVID-19. Il s’agit du seul anticorps autorisé aux Etats-Unis dans le cadre de la lutte contre le COVID-19. Evusheld est également autorisé pour une utilisation d’urgence dans plusieurs autres pays.

En août 2021, AstraZeneca avait annoncé qu’Evusheld démontrait une réduction statistiquement significative du risque de développer une affection au COVID-19 suite à l’essai PROVENT ; son efficacité était de 83% par rapport au placebo. En octobre 2021, AstraZeneca avait annoncé des résultats positifs suite aux essais de traitement ambulatoire de phase III Evusheld TACKLE. Evusheld est également étudié en tant que traitement potentiel pour les patients hospitalisés qui sont atteints du COVID-19 dans le cadre de l’essai ACTIV-3 réalisé par le National Institute of Health et à l’issue d’un essai de traitement d’hospitalisation supplémentaire réalisé par un collaborateur.

Communiqué