Le directeur de l’Institut Pasteur, Hechmi Louzir, a confirmé que le processus de fabrication de vaccins utilisant la technologie ARN Messager « ARNm » que la Tunisie va obtenir de l’Organisation mondiale de la santé, sera en partenariat entre les secteurs public et privé.

« La Pharmacie centrale, l’Institut Pasteur et de nombreux laboratoires tunisiens spécialisés dans la fabrication de médicaments y seront associés », a-t-il précisé dans une déclaration à l’agence TAP.
Il a ajouté que la Tunisie va obtenir la propriété intellectuelle et les brevets pour toutes les technologies qu’elle va fabriquer.

Il est à rappeler que l’OMS avait annoncé avoir choisi la Tunisie pour figurer parmi les six premiers pays africains à recevoir la technologie de fabrication de vaccins à ARN du Centre technologique sud-africain pour la production de vaccins.

L’Organisation a ajouté qu’elle travaillera avec les entreprises et le gouvernement de chaque pays pour élaborer une feuille de route pour la formation et la production, en fonction de leurs besoins et de leurs capacités, lit-on sur sa page officielle sur les réseaux sociaux

Louzir a souligné que la disponibilité des compétences scientifiques nécessaires et le climat approprié ont déterminé l’Organisation mondiale de la santé et ses partenaires (l’Union africaine et l’Union européenne) à choisir la Tunisie parmi les six pays africains qualifiés pour transférer la technologie de fabrication de vaccins utilisant l’ARN.

Il a, également, fait observer que la Tunisie fait partie des rares pays africains impliqués dans la fabrication des vaccins, et n’a presque pas de concurrents africains hormis l’Egypte et le Sénégal.