Le nombre de personnes touchées par la faim dans le monde a augmenté pour atteindre jusqu’à 828 millions en 2021, soit une hausse d’environ 46 millions par rapport à 2020 et de 150 millions depuis l’apparition de la pandémie de Covid-19, d’après un rapport de l’ONU publié mercredi. 

L’édition 2022 de L’État de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde est publiée conjointement par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Fonds international de développement agricole (FIDA), l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le Programme alimentaire mondial (PAM) et le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF).

S’agissant de l’avenir, on s’attend à ce que près de 670 millions de personnes (8% de la population mondiale) souffrent toujours de la faim en 2030, même en cas de redressement économique mondial. Ce chiffre est semblable à celui de 2015, lorsque l’objectif consistant à éliminer la faim, l’insécurité alimentaire et la malnutrition d’ici la fin de la décennie actuelle a été fixé dans le cadre du Programme de développement durable à l’horizon 2030.

Au moment de la parution du rapport, la guerre qui sévit en Ukraine, entre deux des plus grands producteurs mondiaux de céréales de base, de graines oléagineuses et d’engrais, perturbe les chaînes d’approvisionnement internationales et fait grimper les prix des céréales, des engrais, de l’énergie ainsi que des aliments thérapeutiques prêts à l’emploi destinés aux enfants souffrant de malnutrition sévère.

Ces problèmes surviennent alors que les chaînes d’approvisionnement subissent déjà les effets négatifs de phénomènes climatiques extrêmes de plus en plus fréquents, en particulier dans les pays à faible revenu, et pourraient avoir de graves conséquences sur la sécurité alimentaire et la nutrition à l’échelle mondiale.

« Le présent rapport met en lumière de manière récurrente l’intensification des principaux facteurs d’insécurité alimentaire et de malnutrition : les conflits, les phénomènes climatiques extrêmes et les chocs économiques, dont les effets se conjuguent à ceux de l’accroissement des inégalités », ont écrit les dirigeants des cinq organismes des Nations Unies dans l’avant-propos du rapport. « L’enjeu n’est pas de savoir si d’autres épreuves nous attendent ou non […] ; il nous faut plutôt prendre les choses en main avec plus de courage et renforcer la résilience face à l’adversité ».

Réorienter les politiques agricoles

Selon le rapport, il est frappant que, à l’échelle mondiale, la valeur moyenne du soutien public apporté à l’alimentation et à l’agriculture sur la période 2013‑2018 ait atteint près de 630 milliards de dollars par an. La plus grande part cible directement les agriculteurs au moyen de politiques visant les échanges et le marché, et de subventions.

Cependant, ce soutien, outre qu’il est à l’origine de distorsions des marchés, ne bénéficie pas à beaucoup d’agriculteurs, est néfaste à l’environnement et n’encourage pas la production des aliments nutritifs qui composent une alimentation saine. Cela s’explique en partie par le fait que les subventions ciblent souvent la production d’aliments de base, de produits laitiers et d’autres aliments d’origine animale, en particulier dans les pays à revenu élevé et les pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure. Le riz, le sucre et les différents types de viande sont les aliments les plus aidés dans le monde, tandis que les fruits et les légumes sont relativement moins soutenus, en particulier dans certains pays à faible revenu.

Dans un contexte où le spectre de la récession pèse sur le monde et affecte les recettes et les dépenses publiques, une solution pour encourager le relèvement économique est de réorienter le soutien à l’alimentation et à l’agriculture de façon à cibler des aliments nutritifs pour lesquels la consommation par habitant ne correspond pas encore aux niveaux recommandés dans le cadre d’une alimentation saine.

Les éléments probants dont on dispose indiquent que si les pouvoirs publics réorientent les ressources en vue d’encourager la production, la fourniture et la consommation de produits alimentaires nutritifs, ils contribueront à rendre l’alimentation saine moins coûteuse et plus abordable pour tous, de manière équitable.

Enfin, le rapport note que les États pourraient s’employer davantage à réduire les obstacles au commerce des aliments nutritifs, tels que les fruits, les légumes et les légumineuses.

Un sombre tableau

  • Jusqu’à 828 millions de personnes souffraient de la faim en 2021 – soit 46 millions de plus qu’un an auparavant et 150 millions de plus qu’en 2019.
  • Après être restée relativement stable depuis 2015, la proportion de personnes touchées par la faim a bondi en 2020 et a continué de croître en 2021, pour se hisser à 9,8% de la population mondiale. En 2019 et en 2020, cette part était respectivement de 8% et de 9,3%.
  • En 2021, quelque 2,3 milliards de personnes (29,3% de la population mondiale) étaient en situation d’insécurité alimentaire modérée ou grave – soit 350 millions de personnes de plus qu’avant la pandémie de Covid‑19. Près de 924 millions de personnes (11,7% de la population mondiale) étaient confrontées à une insécurité alimentaire grave, soit une augmentation de 207 millions de personnes en deux ans.
  • En 2021, l’écart entre les femmes et les hommes en ce qui concerne l’insécurité alimentaire s’est encore accentué : 31,9% des femmes dans le monde étaient en situation d’insécurité alimentaire modérée ou grave, contre 27,6% des hommes – un écart de plus de 4 points de pourcentage, contre 3 points de pourcentage en 2020.
  • En 2020, près de 3,1 milliards de personnes ne pouvaient pas se permettre une alimentation saine. Ce chiffre supérieur de 112 millions à celui de 2019 s’explique par l’inflation des prix à la consommation des produits alimentaires provoquée par les répercussions économiques de la pandémie de covid‑19 et des mesures mises en place pour l’endiguer. 
  • On estime que 45 millions d’enfants de moins de 5 ans souffraient d’émaciation, la forme la plus mortelle de malnutrition, qui peut multiplier par 12 le risque de décès chez les enfants. En outre, 149 millions d’enfants de moins de 5 ans présentaient un retard de croissance et de développement en raison d’un manque chronique de nutriments essentiels dans leur alimentation, et 39 millions étaient en surpoids. 
  • L’allaitement au sein exclusif progresse : en 2020, dans le monde, près de 44% des nourrissons de moins de 6 mois étaient exclusivement nourris au sein. Ce niveau reste en deçà des 50% à atteindre d’ici 2030. Constat très inquiétant, deux enfants sur trois ne bénéficient pas de la diversité alimentaire minimale dont ils ont besoin pour grandir et s’épanouir pleinement.