Riadh Chaibi, conseiller politique du président de l’Assemblée des Représentants du Peuple et chef du mouvement Ennahdha Rached Ghannouchi est revenu ce mardi 30 novembre 2021 sur les récentes déclarations de ce dernier dans lesquelles il a affirmé que les activités du Parlement seraient reprises qu’on le veuillent ou pas.

Le conseiller a considéré que le président de la République a renversé la constitution ajoutant que l’activation de l’article 80 de la constitution n’a pas été faite pour répondre aux attentes du peuple, selon ses dires. Il a ajouté que l’opinion publique n’a jamais rejeté le parlement et que le peuple tunisien n’a qu’exprimer ses choix à travers les urnes, selon ses dires.
Le conseiller politique a estimé que personne n’était contente de la situation avant le 25 juillet y compris le mouvement Ennahdha qui a tenté en vain et à maintes reprises de faire sortir le pays de sa crise. Il a considéré que le mouvement Ennhahda devrait assumer une part des responsabilités ajoutant que son parti est loin d’être le seul responsable de la détérioration de la situation sur tous les plans, selon ses dires.
S’exprimant ce mardi sur les ondes de Mosaïque Fm, le responsable a estimé que la sortie de la crise réside dans l’annulation de toutes les mesures exceptionnelles annoncées par le président de la République et de tous les décrets présidentiels ainsi que dans l’organisation d’un dialogue national participatif auquel toutes les parties politiques devraient prendre part. Ce dialogue devrait aboutir à la reprise des travaux du parlement gelé qui aura à son à trouver les solutions nécessaires à même de faire sortir le pays de sa crise. Il s’agit essentiellement de la tenue des élections législatives et présidentielles anticipées.

Il a affirmé qu’il n’est pas question d’organiser des &élections sous la supervision du dictateur en référence au chef de l’Etat.