Aujourd’hui, l’indépendance numérique arrive très tôt dans la vie de l’enfant qui reçoit son premier téléphone portable à l’âge de 9 ans et 9 mois en moyenne. En règle générale, si la recherche d’indépendance l’aide à grandir émotionnellement pour lui permettre de trouver sa place dans la société, elle peut aussi impliquer la prise de mauvaises décisions ou lui faire vivre des situations à risque. Et il en est de même dans la « vraie vie » comme dans le « monde virtuel ».

Ce sujet sensibilise jusqu’au plus haut sommet de l’Etat. Dans le cadre de la journée Non Au Harcèlement du 18 novembre dernier, le Président de la République a annoncé le lancement d’une application pour dénoncer les faits de harcèlement scolaire, l’expérimentation d’une formation aux réseaux sociaux et un renforcement législatif du contrôle parental. Si ces mesures sont à saluer, nous avons également un rôle à jouer en tant qu’adultes et parents. En effet, les jeunes recherchent souvent des conseils auprès d’adultes en qui ils ont confiance. Facile à dire…

D’après une récente étude[1] que nous avons réalisée auprès de parents d’élèves scolarisés à l’école élémentaire et au collège, plus de 8 parents sur 10 se disent préoccupés par l’utilisation que fait ou pourrait faire leur enfant d’Internet. Cependant, ils sont 25 % à déclarer ne pas savoir comment l’aider dans le cas où il serait victime ou coupable de cyberharcèlement. Ainsi, de nombreux enfants se retrouvent livrés à eux-mêmes sur Internet, disposant de peu ou pas de conseils sur la façon de se comporter en ligne, en opposition avec la vie réelle où toute action inappropriée entraîne, en général, une explication et/ou une sanction des parents.

Communiquer, c’est la règle d’or !

Pour commencer, accompagnez quotidiennement vos enfants sur Internet, en leur expliquant les choses à faire et à ne pas faire, et discutez de leurs expériences. Vous pouvez même partager avec eux des exemples lus dans la presse ou que vous avez vécu. Le dialogue va vous permettre de comprendre où et comment votre enfant passe du temps sur le web, et vous serez ainsi plus à même de le protéger efficacement. De plus, la communication aidera à éviter les conflits liés au numérique au sein du foyer.

Si votre expérience de l’univers virtuel est limitée, ou doit être mise à jour, vous pouvez participer à des formations en ligne visant à aider les parents à améliorer leurs connaissances en cybersécurité. En fin de compte, plus vous renforcerez vos connaissances et comprendrez le monde cyber et ses dérives, mieux vous aiderez vos enfants à y naviguer sans risques.

Accorder sa confiance mais sous surveillance

La confiance est primordiale mais les enfants ont également besoin d’un cadre. Il faut donc établir des règles et s’y tenir. Il est essentiel que les enfants aient conscience que leur temps d’écran est limité, que le smartphone est par exemple interdit à table ou pendant les devoirs, que les parents ont un droit de regard sur les contenus postés, etc. Un défi plus difficile qu’il n’y paraît mais qui permet de garder un œil sur les activités en ligne de vos enfants.

Pour protéger les enfants, je vous recommande également d’utiliser une application de contrôle parental non seulement sur l’ordinateur familial mais aussi sur son smartphone. Cet outil n’a pas pour vocation à « fliquer » votre enfant. Il doit d’ailleurs être installé après en avoir discuté et lui avoir expliqué que cela a pour objectif de le protéger.

Apprendre à connaitre les amis virtuels de son enfant

Dans la vie réelle, les parents s’inquiètent des « mauvaises fréquentations » que pourraient avoir leur enfant. La même approche doit s’appliquer aux amis virtuels, car même si les dangers peuvent sembler atténués du fait de la distanciation amenée par Internet, les mauvais contacts au sein du monde numérique peuvent être tout aussi puissants et nocifs (trolls, cyber harceleurs, personnes mal intentionnées, …). 

Discuter d’Internet avec ses enfants c’est bien, mais il faut encore aller plus loin en instaurant un dialogue de confiance et en continu sur leurs amitiés en ligne, les sujets dont ils discutent, et leurs éventuelles préoccupations. Apprenez-leur également à identifier et à signaler un comportement suspect. Cela aidera vos enfants à développer des pratiques responsables, et à garder le contrôle sur leur vie numérique.

Finalement, ce sont bel et bien nos interactions sociales qui nous définissent. Au fur et à mesure du développement des nouvelles technologies et des médias sociaux, nos vies en ligne impactent de plus en plus notre réalité. Et cela vaut aussi pour les enfants – plus ils comprendront les règles de comportement et de communication d’Internet, mieux ils seront en mesure d’en profiter et d’éviter ses dangers. Et c’est aux parents qu’il incombe de les accompagner efficacement dans leur cheminement vers cette éducation numérique.