Malgré les circonstances particulières que traverse en ce moment le pays, l’Institut tunisien des études stratégiques -ITES- et ses partenaires poursuivent leur chemin sur la voie de l’investissement d’avenir. « De la conceptualisation à l’implémentation », tel est le slogan de la phase de mise en œuvre concrète du programme national Tunisian Smart Cities devant permettre de développer un modèle de smart city approprié à chaque région tenant compte de ses spécificités géographiques, naturelles et culturelles. Le coup d’envoi devra être donné à Bizerte, le berceau de la réflexion sur la ville intelligente tunisienne.

Après une année de réflexion et d’élaboration du cadre objectif, technique, juridique, financier et administratif de la démarche Smart City, l’ITES passe à la phase de concrétisation et de mise en œuvre des actions. Cette phase représente le passage de l’idée à la réalisation concrète. Elle devra être matérialisée par la validation de 24 catalogues régionaux de projets qui seront financés dans le cadre de partenariat entre les secteurs public et privé, qui sera sous l’égide de la Présidence de la République.

Dans cette optique, une première séance de travail a été tenue mercredi 08 septembre 2021 au siège du gouvernorat de Bizerte, en présence du gouverneur Samir Abdellaoui, d’une équipe d’experts de l’ITES présidée par le directeur général Sami Ben Jannet, des maires de la région, des directeurs régionaux et des représentants d’organisations nationales et de la société civile.

Les participants ont débattu de l’importance de la loi sur le partenariat public-privé en tant que mécanisme de financement du développement régional. Un ensemble de projets devant être financés en PPP et qui correspondent aux besoins locaux a été présenté. Ceux-ci forment le catalogue régional de Bizerte et concernent différents secteurs d’activités, à savoir le développement durable et immobilier, les infrastructures et équipements, le tourisme, la culture et l’économie numérique. Il est à noter que ces projets sont sélectionnés à condition qu’ils soient rentables.

Faire le grand saut et passer de l’idée à la réalisation

Sami Ben Jannet, directeur général de l’ITES, a souligné la nécessité de soutenir l’innovation et de booster le développement régional, en soutenant les acteurs locaux et profitant des opportunités offertes par la loi sur le partenariat public-privé.

 » Nous sommes convaincus aujourd’hui que la Tunisie ne manque pas d’études, ni de propositions. Ce qui nous manque vraiment, c’est la volonté de réaliser et de concrétiser ces études et propositions. Les citoyens ne parviennent pas à constater de réels changements sur le terrain. Pas de nouveaux projets qui touchent leur quotidien. Il est important donc de se lancer dans la concrétisation des études et la réalisation de projets concrets qui engendrent un changement positif dans notre lieu de vie, en collaboration avec tous les acteurs concernés « , avance-t-il.

Et d’ajouter  » Il y a aujourd’hui un changement de paradigmes et de réflexions. On parle désormais de l’économie de la vie qui met le citoyen au cœur du processus décisionnel et investit dans le développement durable. A l’ITES, nous oeuvrons à mettre au concret les idées développées par nos experts et à développer des projets sur terrain. Et le partenariat conclu entre l’institut et l’association Tunisian Smart Cities s’inscrit dans cette perspective. Dans le cadre du projet national Tunisian Smart Cities, nous sommes parvenus, en concertation avec les collectivités locales, les acteurs concernés par le développement territorial et les jeunes dans les régions, à arranger des portefeuilles de projets éligibles au partenariat public-privé. Tous ces projets sont issus des besoins de la population locale et la loi sur le partenariat public-privé devrait donner un coup d’accélérateur pour les réaliser ».

Une plateforme dédiée pour profiter des potentiels des PPP  

Pour sa part, Borhene Dhaouadi, directeur du programme TSC à l’ITES, a saisi l’occasion pour rappeler de la démarche Smart City pour l’identification des projets qui pourraient changer l’image des régions.

 » Après la sensibilisation, la concertation et la réflexion, il est temps de passer à l’implémentation. Cela implique la constitution de pipelines de projets PP’éables qui permettront de changer l’image des régions, améliorer la qualité de vie de la population et réduire les disparités régionales, et ce avec le soutien de l’IGPPP (Instance générale de partenariat public-privé) et la CDC (Caisse des dépôts et consignations). Partant de l’idée que les actions tangibles et concrètes émanent des besoins exprimés par les populations en quête de dignité et d’égalité, les experts de l’ITES sont allés à la rencontre des acteurs concernés par la planification territoriale et le développement urbain dans les régions..  »

Il a poursuivi  » En vue d’augmenter la fiabilité du processus de mise en place et d’exécution de contrats de partenariat public-privé, de propositions spontanées et d’appels d’offres, une première plateforme web dédiée au PPP a été développée. Elle sera bientôt lancée. L’application permettra de digitaliser le processus PPP; de l’identification de projets à la phase d’exploitation. Elle devra améliorer la traçabilité des procédures administratives et augmenter le nombre de soumissions d’appels d’offres, de propositions spontanées et de partenariats public-privé ».

Borhene Dhaouadi a également annoncé le lancement imminent d’une série de forums d’investissement régionaux sous la marque « Invest In The Future  » en vue de susciter l’engagement du secteur privé dans des partenariats public-privé. Bizerte devra être le premier incubateur de cet évènement de grande envergure devant rassembler des décideurs politiques, des responsables gouvernementaux, des dirigeants d’entreprises tunisiennes et étrangères, des entrepreneurs et des porteurs de projets. Le premier forum d’investissement régional devra se tenir avant la fin de cette année. Et il devra être reproduit ensuite dans d’autres régions du pays.