Le ministre des Affaires étrangères du Qatar, Mohammed Ben Abderrahmane Al Thani, a fustigé dans une interview, accordée au journal français « Le Monde » les multiples critiques dont l’émirat est l’objet à deux semaines du début du Mondial de football qui sera organisé pour la première fois dans un pays arabe. .

Conditions de travail, sécurité, stades climatisés : Mohammed Ben Abderrahmane Al-Thani, a tout abordé et a bien défendu l’organisation de la compétition dans son pays dans cet entretien au « Monde ».

Il a déclaré dans ce cadre : « Les raisons avancées pour boycotter la Coupe du monde ne tiennent pas la route. Il y a beaucoup d’hypocrisie dans ces attaques, qui passent sous silence tout ce que nous avons accompli. Elles sont colportées par un tout petit nombre de personnes, dans dix pays tout au plus, qui ne sont pas du tout représentatifs du reste de la planète. C’est franchement malheureux. La réalité, c’est que le monde attend cette célébration avec impatience. Plus de 97 % des tickets ont été vendus. Parmi les dix pays qui ont acheté le plus de billets, on trouve des pays européens comme la France. »

Il a ajouté dans ce sens : « Nous avons reconnu les problèmes concernant le bien-être des ouvriers. Nous avons même invité les ONG à venir observer notre système. Nous avons parcouru un long chemin pour remanier notre législation. De telles réformes demandent du temps. Cela vaut pour n’importe quel pays, ce n’est pas propre au Qatar. Bien sûr, il y a encore des failles, et nous sommes déterminés à y remédier. Mais pourquoi imputer systématiquement ces problèmes à notre gouvernement, alors qu’en Europe, au moindre incident, c’est l’entreprise qui est mise en cause ? Pourquoi ce deux poids deux mesures ? Je pense que certaines personnes n’acceptent pas qu’un petit pays du Moyen-Orient accueille un tel événement planétaire. »