abir moussi

La présidente du Parti destourien libre (PDL), Abir Moussi, a réitéré la position de son parti concernant la nouvelle Constitution qui, selon elle, attribue « de larges pouvoirs » au président de la République.

Lors d’une conférence de presse tenue lundi à Tunis, elle souligné que, pour sa formation politique, Kaïs Saïed n’est plus le président de la République, et ce conformément à l’article 92 de la nouvelle Constitution qui prévoit que le chef de l’Etat doit prêter serment devant l’Assemblée des représentants du peuple et le Conseil des régions et des districts.

Pour elle, la forme actuelle du règne de Kaïs Saïed est dépourvue de toute légitimité.

Par ailleurs, la cheffe du PDL a annoncé avoir adressé un huissier de justice à la présidence de la République pour protester contre des « dérives » procédurales commises par Saïed.

Elle a, dans ce sens, mis l’accent sur la nécessité d’annoncer la vacance au poste du président de la République et de convoquer, dans les plus brefs délais, des élections présidentielles anticipées.

Suite au refus du bureau d’ordre de la présidence de la République de recevoir la notification par huissier de justice, le PDL a fait publier in extenso la lettre adressée à M. Kaïs Saïed aux fins de lui demander de convoquer une élection présidentielle anticipée en considérant qu’à ses yeux il a perdu la légalité et la légitimité suite à la promulgation de la nouvelle constitution.