Une nouvelle augmentation des prix des carburants (la quatrième depuis le début de l’année 2022) aura lieu incessamment en Tunisie.

Selon, la ministre de l’Industrie, de l’Energie et des Mines, Neïla Nouira Gongi, cette augmentation est inévitable à cause de la flambée des cours mondiaux des produits énergétiques.

« La guerre entre la Russie et l’Ukraine a été à l’origine de nombreuses perturbations ayant touché plusieurs produits, y compris les hydrocarbures dont les cours ont augmenté d’une manière démentielle », a-t-elle expliqué, lors d’une rencontre-débat avec les journalistes.

Pour la ministre cette nouvelle augmentation n’est que la conséquence directe du conflit ukrainien et de la flambée des prix des énergies à l’échelle internationale.

Mais, il ne faut pas oublier dans ce cadre que l’Etat tunisien s’est lancé depuis plusieurs mois dans une stratégie de levée progressive de la subvention des énergies, dont notamment les carburants conformément à un accord avec le Fonds monétaire international (FMI) sans prendre en considération les répercussions de cette mesure sur les pauvres citoyens.

Car il ne faut surtout pas oublier que chaque augmentation des prix des carburants accentue la crise sociale que connaît le pays et que l’effet d’entraînement amplifie ses conséquences. Le secteur du transport semble être le plus touché par une telle décision, ce qui pourrait conduire à moyen terme à de nouvelles augmentations des produits de consommation et constituer, par conséquent, un coup dur pour le pouvoir d’achat des Tunisiens déjà fragilisé. 

Mais, actuellement, la situation sociale est très délicate et des décisions de ce genre pourraient faire exploser la rue à tout moment, le gouvernement semble entre le marteau et l’enclume.