Le secrétaire général de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), Noureddine Tabboubi a révélé vendredi 3 septembre en présidant la « Journée de la reconnaissance », au sein de la Fondation allemande Kromberg and Schubert pour la fabrication de câbles automobiles à Beja qu’il s’attend dans les prochains jours à aller à l’option référendaire sans en préciser le contenu.

Tabboubi a estimé que le peuple reste le dépositaire de la décision politique.

« Notre peuple a tranché en estimant que le système politique est biaisé et qu’il a fait reculer la Tunisie tout au long de la décennie précédente, a martelé le patron de la centrale syndicale. L’important aujourd’hui est de sortir de la situation actuelle pour une situation légale même si nous trouvons des excuses pour le chef de l’Etat qui veut se montrer prudent compte tenu de la complexité de la situation et des dégâts des deux gouvernements précédents. »

Par ailleurs, Noureddine Tabboubi a souligné que l’UGTT est la plus touchée par la situation actuelle du pays en raison de l’accumulation des dossiers sociaux et économiques.

« Il est fort probable que la formation du gouvernement ne va plus trop tarder  d’autant plus que la vie économique et sociale est revenue à la normale après la fin des vacances d’été », a-t-il estimé. C’est le chef de l’Etat qui déterminera la durée de la phase transitoire actuelle. Il faudra peut-être du temps pour aborder les aspects politiques, mais les questions sociales et économiques nécessitent la mise en place d’une autorité exécutive” » conclut le SG de l’UGTT.