Le Coronavirus est-il derrière nous ? Il semble que oui, notamment pour le ministère de la Santé qui a arrêté, subitement, la publication des statistiques quotidiennes sur l’épidémie.

Les derniers chiffres parus sur la page officielle, Facebook, du ministère, remontent au 15 Mars, et concernent la situation du 13 du même mois.

Le dernier bilan rendu public à cette date est de 1 029 762 contaminations, et de 28 065 décès.

Idem pour les chiffres relatifs à la campagne de vaccination, qui ne sont plus publiés depuis trois jours.

Selon les statistiques parues à la même date, quelque 6 341 665 Tunisiens ont, désormais, un parcours vaccinal complet, sur 13 025 166 doses de vaccin administrées en Tunisie.

Les indicateurs montraient au cours de la dernière période une grande désaffection des Tunisiens envers la fameuse injection. Puisque, à peine 1 % se présentaient aux centres de vaccination, sur des dizaines de milliers de personnes convoquées.

La dernière réunion périodique sur la situation épidémique liée au Covid-19 a eu lieu, le mardi 15 Mars, sous la présidence du ministre de la Santé, Ali Mrabet.

La réunion a souligné l’amélioration continue des indicateurs sur le plan national.

Le ministre a affirmé la nécessité de poursuivre l’application des mesures préventives, individuelles et collectives, liées à la prévention de la propagation du Coronavirus.

Il a, par ailleurs, appelé à consolider la vaccination en en diversifiant les opportunités pendant le mois de Ramadan, et à en faciliter les procédures pour les pèlerins se rendant à la Omra (petit pèlerinage).

Le ministère n’a, en rien, évoqué la suspension de la publication des chiffres ; la question est de savoir, si cet arrêt est définitif ou provisoire ?

A fortiori qu’avec cette pandémie, les choses ne sont guère irréversibles, au regard, notamment, de la nouvelle flambée constatée dans certains pays, particulièrement en Chine, où de nombreuses villes  retournent, quasiment, à la case départ, avec confinement, grande affluence sur les tests et autres restrictions.

Ce faisant, l’organisation mondiale de la Santé (OMS) a mis en garde la dernière période sur le risque d’une nouvelle recrudescence du virus pendant le mois de Ramadan, attendu dans une quinzaine de jours dans le monde arabo-musulman ; un mois connu par l’échange de visites, les réunions familiales et les soirées interminables aux cafés et autres lieux de loisirs.

La Tunisie a levé, en grande partie, les restrictions liées à l’épidémie, et en procèdera à leur suppression totale le 1er avril à la veille du Ramadan. Les autorités sanitaires disent, néanmoins, planché sur de nouveaux protocoles spécifiques à la prochaine période, dont les contours restent à définir.