Le ministère du Commerce et du Développement des exportations rassure ce vendredi 11 Mars, quant à la disponibilité des stocks suffisants de produits de base subventionnés, et de ceux importés par l’office tunisien du Commerce, ce qui couvre les besoins de consommation pendant la période actuelle et durant le Ramadan.

Le même département appelle l’ensemble des citoyens à rationaliser leurs achats de ces produits, selon leurs besoins ordinaires, et à éviter la frénésie qui est de nature à troubler la marche normale de l’approvisionnement, et de l’offre, et d’alimenter les tentatives de spéculation.

Le ministère annonce, par ailleurs, avoir mis en place une stratégie conjointe des différents organes de contrôle, dans le cadre de l’action visant à assurer la régularité de l’approvisionnement du marché par les produits de base subventionnés. Il s’agit de préserver le pouvoir d’achat, de contrer les différentes pratiques spéculatives, et les dépassements à l’origine des perturbations en matière d’offre de ces produits.

Cette stratégie rassemble les ministères du Commerce, de l’Intérieur, des Finances, de l’Agriculture, et comprend des programmes de contrôle continus, au niveau des différentes chaînes de production, de stockage, et de distribution.

Ladite campagne se poursuivra, jusqu’à le rétablissement de la cadence normale d’approvisionnement et des prix.

Le ministère avertit que les sanctions les plus sévères allaient être infligées aux contraventions, dont la saisie des marchandises et des moyens, ainsi que « des peines judiciaires et administratives, en coordination avec le parquet ».

Le département appelle les citoyens à prévenir sur les cas suspects et autres dépassements via le numéro vert, 80100191, ou de prendre l’attache directement des administrations centrales et régionales du Commerce et développement des exportations…

Le président de république avait affirmé la veille que l’assainissement du pays des spéculateurs a commencé jeudi à 0 heures, annonçant qu’un décret-loi sera soumis au prochain conseil des ministres, pour combattre ce fléau par « la force de la loi ».