« Une victoire historique au goût amer », tels étaient les commentaires des tunisiens sur la toile, après le succès de la Tunisie hier face aux champions du monde français dans le troisième et dernier match du Groupe D. Une équipe certes largement remaniée mais qui comptait pas mal de vedettes, à l’instar de Kingsley Coman (Bayern Munich), Raphaël Varane (Manchester United), Edouardo Camavinga et Aurélien Tchouaméni (Real Madrid).

Si les supporters tunisiens ont laissé leur rage parler après cette élimination lourde à encaisser, quelques joueurs se sont distingués par leur engagement, leur performance sur le terrain et surtout par leur patriotisme, amour du maillot et leur « Grinta », le mot que tous les supporteurs de foot ont à la bouche depuis le début du mondial.

Mohamed Ali Ben Romdhane, jeune milieu de terrain de l’Espérance Sportive de Tunis, Ali Maaloul latéral gauche de l’ogre égyptien Al Ahly, Montassar Talbi défenseur central du FC Lorient, qu’on ne présente plus, tant son talent saute aux yeux. Mais s’il y a un gars qui a attiré tous les regards pendant et après le match, c’est bien Wajdi Kechrida. Le latéral droit du club grec de l’Atromitos FC a gagné les cœurs des tunisiens par sa combattivité, son amour pour le maillot, mais aussi et surtout ses larmes de détresse et de déception après cette victoire historique qui n’a malheureusement pas empêché l’élimination prématurée d’une sélection qui a déçue au moment où il ne fallait pas… 

Les images font le tour des réseaux sociaux depuis hier et ne laissent personne indifférent. Wajdi Kechrida, abattu, errant au milieu du terrain, les yeux rouge par un mélange de rage et surtout de tristesse. Triste de ne pas avoir pu apporter cette bouffée d’oxygène à un peuple qui en avait besoin, triste peut-être de n’avoir pas eu plus de temps de jeux. La faute à un sélectionneur qui n’a tout simplement pas les épaules pour occuper un tel poste, ni à pouvoir gérer une sélection dans un évenement aussi important que la Coupe Du Monde. L’élimination est collective, tous devront en assumer la responsabilité, sauf quelques uns qui lorsqu’on a fait appel à eux, se sont montré digne du maillot, digne de représenter leurs pays et Kechrida en fait partie. 

Comment réagir quand on regarde un membre du staff se prendre en selfie avec Kylian Mbappé et sur l’image suivante voir Wajdi Kechrida qui font en larmes et se fait soutenir par des joueurs français ? comment ne pas exploser de rage face à une telle scène ? c’est là qu’on se rend compte, qu’il y a un grand coup de balai à faire dans cette équipe nationale et à tous les niveaux à commencer par la fédération.

On vous laisse avec le témoignage poignant du héros de la soirée, Wajdi Kechrida