La cheffe du gouvernement, Najla Bouden a reçu, hier soir au palais de la Kasbah, Gilles Kepel, représentant spécial du président français, Emmanuel Macron et l’ambassadeur de France à Tunis, André Parant.

Cette rencontre a eu pour objet, le renforcement de la coopération dans le domaine de la protection de la jeunesse de l’extrémisme violent.

Najla Bouden a insisté sur l’importance du rôle de l’Etat pour réduire les inégalités régionales et sociales par la mise en place de réformes structurelles des entreprises et institutions et le développement du système d’enseignement et aussi sur la nécessité d’encadrer et de former les jeunes en vue de les intégrer dans la vie professionnelle et sociale et les protéger de l’intégrisme, de l’extrémisme violent de l’immigration clandestine.

De son côté, Gilles Kepel a indiqué qu’il a été chargé, depuis le mois de janvier, d’élaborer un projet sur l’effet des changements que connaissent les bassins sud et Est de la méditerranée, le Sahel et le Sahara d’Afrique sur la société française, dont notamment la communauté musulmane en France.

Il a, également, mis l’accent sur l’importance d’échanger des expertises et des visions pour comprendre les causes de l’extrémisme violent dans nos sociétés et les moyens de le traiter.