Le Comité de défense de Mehdi Ben Gharbia a annoncé dans un communiqué publié hier soir, vendredi 24 décembre 2021, que son client a été transféré de sa cellule de prison de Messadine à l’hôpital Farhat Hached hier matin.

Il a été décidé de le maintenir sous surveillance médicale au service de cardiologie en raison de la détérioration de son état de santé résultant de la grève de la faim, qu’il a commencé le 5 novembre 2021, en signe de protestation contre le refus de la Direction Générale des Prisons et de la Rééducation de lui permettre de rencontrer sans barrières, son fils lors d’une visite périodique, conformément à ce qui a été stipulé par le pouvoir judiciaire.

“Des membres de l’Instance Nationale de Prévention de la torture-INPT, ont été empêchés de lui rendre visite et de le rencontrer à l’hôpital, malgré une attente de plus de trois heures, sachant qu’ils sont venus en mission d’inspection à 15H00”, peut-on lire

Le comité de défense a considéré cet incident comme « un nouvel abus de leur client et de ses droits en violation flagrante de la loi.

De même, il a réitéré son alerte sur l’état de santé critique de son client, Mehdi Ben Gharbia, dénonçant sa privation de visites de représentants de l’INPT.

Il a également condamné la poursuite des campagnes de diffamation et de stigmatisation à l’encontre de son client et des organes judiciaires chargés du dossier, affirmant que ces organes sont victimes d’incitation après le prononcé de la décision de sceller la recherche .

L’équipe de la défense de M. Ben Gharbia a annoncé avoir déposé une plainte à ce sujet auprès du Parquet du Tribunal de première instance de Sousse, et le lancement de recherches, depuis hier, à cet effet.